Aujourd’hui c’est Mardi Gras !

L’occasion pour moi de vous servir un petit billet sur les origines de cette fête et du Carnaval.

Mardi gras est la veille du mercredi des Cendres, jour de jeûne qui débute le carême. Instauré au IVème siècle après Jésus-Christ, il s’agit d’une période de 40 jours de jeûne et d’abstinence durant laquelle les chrétiens ne consomment ni viande ni œufs. A cette occasion, afin de consommer toutes les denrées qui risquaient de se perdre, le peuple organisait de grandes fêtes.

L’Eglise comprend ces besoins humains de surabondance avant d’entrer dans une période de frugalité et de spiritualité intense. Elle établit donc la fête du mardi gras officiellement dans le calendrier liturgique.

Là intervient le carnaval. Du latin médiéval « carne levare » qui signifie ôter, supprimer la viande ; ces fêtes durent plusieurs jours et sont l’occasion d’inverser l’ordre des choses. Elles tirent leurs origines de vieilles traditions païennes, par exemple les saturnales romaines. Ces célébrations visent à équilibrer l’ordre du monde en permettant un court instant aux esclaves d’être les maîtres et inversement. Permettant ainsi de canaliser les tensions de la société.

Cette tradition s’affirme à partir du Xème siècle et reprend les codes païens. Fête à outrance, travestissement, levé des inhibitions et des différences de milieux sociaux. Les fous sont rois. A une époque, on allait jusqu’à autoriser de chanter la messe à l’envers et de danser dans les églises.

Alors faisons perdurer les traditions, aujourd’hui mangeons gras afin de nous lancer dans le Carême propice à la prière et à l’introspection.

L’écueil à éviter dans notre société moderne, celui de préparer trop de bugnes et merveilles si bien qu’il en resterait le lendemain.

Bon mardi gras et bonne entrée en carême !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!