Cela a commencé le Mercredi des cendres, lendemain de mardi gras. Carême, quadragesima, quarante jours sans compter les dimanches. Un moment important pour les catholiques du monde entier, une parenthèse dans la vie routinière durant laquelle on fait la promesse à soi et au Christ de faire un ou plusieurs efforts pour se rapprocher de lui.

Cela s’est terminé le Jeudi Saint avec ce qui deviendra sans doute un nouveau rituel pour notre famille : la confession d’avant Pâques. Quel meilleur moment que les quelques jours avant la résurrection du Christ et le début d’une nouvelle année liturgique pour confesser ses pêchés et partir sur de nouvelles bases, toutes neuves.

Une fois peau neuve faite, aller à la messe du Jeudi Saint nous semblait une évidence. En cette belle journée, et en congés par hasard, il nous était facile de nous rendre à l’église. Le lendemain, pour le Vendredi Saint, difficile de participer au grand chemin de croix dans la ville ou à la célébration lorsque les heures fixées tombent en pleines heures de travail. Je regrette parfois que le ce jour ne soit pas férié un peu comme en Suisse, en Espagne, au Portugal …

Mais nous avons pu au moins profiter de trois jours au soleil radieux pour retrouver la famille et fêter comme il se doit la résurrection du Christ. Nous avons eu le plaisir de recevoir mon petit frère et sa dulcinée, ainsi que ma mère, mes grands-parents et mon beau-père.

 

SAMEDI

Mon frère, après avoir longtemps papillonné de formations en petits boulots, a enfin trouvé sa voie: le bois. Il travaille en ce moment la charpente et touche un peu à tout et s’est proposer de nous monter la charpente d’un petit poulailler pour notre jardin.


 

 

Terre nourricière

Pendant ce temps, les femmes s’occupaient de nettoyer un peu le gazon de ses mauvaises herbes et de soigner et étoffer le jardin. Quel bonheur d’avoir un jardin à cultiver et contempler dés le printemps. Adolescente, jamais ma mère ne se serait imaginée me voir autant intriguée par ce qui la passionne tant. Le jardinage est un bon moyen de reprendre contact avec la terre, le temps et la réalité. Les plantes naissent, vivent et meurent, elles sont nos forces et notre beauté. Nous nourrissent, nous soignent et nous émerveillent.

Un dîner simple en famille, profitant des derniers rayons de soleil

 

DIMANCHE

Christ est ressuscité ! Alléluia !

Au retour de la messe, c’est toute ma famille qui nous rejoint à la maison, notre maison, pour un repas de Pâques dans une tradition un peu personnelle. J’ai passé ma soirée de samedi a cuisiner et me suis levée tôt le dimanche pour terminer et faire plaisir à la petite tribu. Au menu : brochettes d’agneau du boucher du village marinées au miel et aux épices, gratin dauphinois, plat préféré de mon grand-père depuis son enfance. Lorsqu’ils étaient plus jeunes, sa fratrie et lui avaient un rituel. Après chaque plats en sauce ou gratin, le premier à crier « Sauce le plat dit avant » gagnait le droit d’user son bout de pain à récurer le plat. Une tradition que j’espère bien maintenir pour les générations à venir.

Je n’ai pas eu le temps d’en faire quand à acheter des chocolats de Pâques : les étales de ma grande surface m’ont dégoutés : trop de déchets, trop d’argent allant aux industriels qui ne respectent rien, trop de consommation. Je me suis donc contentée de faire un saucisson au chocolat noir et aux petits beurres en guise de dessert, accompagné d’une glace au yaourt maison. Quant aux œufs de Pâques décorés, je n’ai pas eu le temps de m’en charger mais la consolation vient d’un petit œuf bien caché au fond de son nid depuis peu.

 

LUNDI

Enfin seuls ! Traîner au lit nous arrive si peu que lorsque nous en avons l’occasion, nous n’hésitons pas. Après un déjeuner avec mon beau-père, nous décidons, mon mari et moi, de profiter du beau soleil pour aller nous balader et visiter un nouveau coin de notre jolie région. En avant donc pour le Château de Roquetaillade et sa métairie typique Bazadaise.

 

 

A la fin de ce week end, nous avions tous les deux le sentiments qu’il était productif et reposant à la fois. Comme quoi les choses les plus simples sont vraiment les meilleures.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!